Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 10:14

Un gouvernement sous influenza.

narcolepsie.JPGC’est la rentrée et je tiens à présenter mes excuses aux lecteurs pour avoir laissé ce blog en sommeil pendant un mois. Cette léthargie n’est pas consécutive au vaccin de la grippe A car, comme de nombreuses personnes, j’ai refusé l’injonction et l’injection du Ministère français de la santé. Bien m’en a pris : des cas de narcolepsie avec cataplexie sont survenus chez des personnes vaccinées avec le Pandemrix ou le Panenza contre la grippe H1N1. Cette maladie rare est caractérisée par une somnolence diurne sévère et est souvent associée à des attaques de cataplexie définies comme des pertes du tonus musculaire déclenchées par une forte émotion. Ces hypersomnolences lourdement handicapantes, empêchent toute activité. On comprend mieux les intentions du gouvernement français lors de cette incroyable campagne de vaccination orchestrée par Roselyne Bachelot qui avait acheté quatre vingt dix millions de doses. De quoi endormir tout un peuple en cette période de crise. Les Français sarco-sceptiques, devenus sarcoleptiques, auraient oublié toutes les affaires en cours et auraient avalé toutes les couleuvres sécuritaires. Il est vrai que cette hypothèse signifierait que nos gouvernants seraient de fines mouches… tsè ! tsè !

 Dominique Dord après vaccination.dons-ump.JPG

Le feuilleton Woerth a continué pendant tout l’été ; pas un seul jour sans de nouvelles révélations. Les langues se sont déliées et les véritables relations entre le pouvoir et le monde de la finance ont été étalées au grand jour. La récente nomination de Dominique Dord au poste de trésorier de l’U.M.P. est destinée à faire taire les mauvaises langues : avec Eric Woerth, la parole était d’argent, le silence est Dord ! A entendre le discours bancal et consternant de ce dernier lors de sa prise de fonctions (il a travaillé chez l’Oréal, et sa belle-mère habite dans le même immeuble que Philippe de Maistre), nous avons déjà une certitude : dorénavant, Dord est navrant.


Arrivée de la dengue.

dengue.JPG Vous remplacez la Réunion par les Antilles, l’aedes Albopictus par l’aedes Aegypti et vous obtenez la dengue en lieu et place du chickungunya. Mêmes maux, mêmes remèdes. Il suffisait aux autorités sanitaires d’imposer dans les zones à risques les mêmes précautions, dès 2007, pour enrayer cette nouvelle mais très prévisible épidémie. Le gouvernement français a attendu l’annonce de plusieurs morts pour se décider à envoyer sa ministre de la santé sur place. Un envoi peut-être motivé par le fait que le Préfet de la région Martinique a été, lui-même, touché par le virus et hospitalisé. Avec l’arrivée de Roselyne Bachelot, l’expression « traiter le mal par le mal » prend ici toute sa signification : faire traiter la dengue par la dingue ! Les solutions préconisées par cette dernière sont identiques à celles utilisées à la Réunion : interventions des militaires pour désinsectiser et nettoyer les gouttières et autres récipients contenant des eaux stagnantes qui sont les gîtes de larves de moustiques. En attendant que Roselyne bâche l’eau, si j’étais susceptible de faire partie de ce gouvernement xénophobe et incompétent, je proposerais de faire d’une pierre, deux coups ; colonisation de peuplement oblige, je déplacerais les populations à risques, gitane, tzigane et romanichelle en charter vers les zones à risques que sont les Antilles. Ce n’est pas Borloo qui sera contre le Rom antillais.

© Ghjuvan'Marcu

Partager cet article
Repost0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 13:39

woerth-cesar.jpg

Vous allez dire que j’exagère et que l’intérêt que je porte à Eric Woerth s’apparente à  de l’acharnement. N’en croyez rien, je ne fais que suivre l’actualité et les rebondissements qui étayent de plus en plus la théorie que j’avançais dès l’ouverture du « dossier » de l’actuel ministre du travail : le financement occulte de l’U.M.P. Trésorier de ce parti et Ministre du budget, Eric Woerth ne regardait pas seulement Liliane Bettencourt avec les yeux de Clymène, apparemment il aurait courtisé les nantis de l’hexagone leur accordant des faveurs fiscales contre des espèces sonnantes et trébuchantes ; des revenus destinés à soutenir le parti.

Il serait intervenu pour obtenir un dégrèvement fiscal de 27 millions d’euros sur la succession du sculpteur César ; les pourparlers auraient eu lieu avec Alain-Dominique Perrin, exécuteur testamentaire du célèbre sculpteur et Président de la fondation Cartier pour l’art contemporain. On peut supposer qu’en contrepartie, son parti a bénéficié des largesses des héritiers, un soutien qui peut être à la fois officiel donc légal et officieux donc illégal. A moins qu’Eric le gouge ne soit un amoureux fou de la sculpture et de l’art contemporain, ce qui expliquerait sa passion pour César et ses compressions de métal étant lui-même adepte de la compression fiscale pour les moins fortunés. On sait qu’il a l’art, comptant pour un, de soustraire les nantis à l’impôt. Fric Frac de l’UMP que les huppés aiment.

woerth-et-cesar.JPG

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 18:57

woerth-compiegne-copie-1.JPG

Après le Canard et Marianne, le Nouvel Obs tâcle !

C’est partout dans la presse, bonne nouvelle pour les Français qui n’ont pas les moyens d’accéder à la propriété en ces temps de crise : l’Etat en faillite (dixit Fillon), brade son patrimoine. La Société des Courses de Compiègne vient d’acheter une parcelle de terrain et son bâti pour une somme dix fois inférieure à son prix réel sous prétexte qu’elle en était déjà locataire. Si la vente est légitimée, la jurisprudence mettrait le pied à l’étrier à tous les occupants d’une H.L.M. qui pourront bientôt devenir propriétaires de leurs appartements et même d’un bout de parc y attenant ; et ce, pour une somme tournant autour de 15 000 euros.

Eric Woerth, une nouvelle fois sous les feux de l’actualité, a autorisé la vente de 57 hectares en forêt de Compiègne à la Société hippique  pour la modique somme de 2,5 M d’euros. La parcelle, cédée par le Ministre du Budget de l’époque, qui comporte également un bâtiment, un terrain de golf et un hippodrome en vaudrait dix fois plus.

Nicolas Sarkosy en rongeant son frein, commence à se demander s’il a misé sur le bon cheval en la personne du maire de Chantilly (autre ville où se rassemble la crème du monde hippique). Sa propension à multiplier les obstacles sur le parcours de l’Elysée 2012 va irriter passablement le Président qui voit ses électeurs tourner l’étalon. Après les Bettencourt, les bêtes en course lui trottent sur le haricot. Ca va tousser (une quinte et plus) dans les ministères. Il est vrai qu’au niveau de la symbolique bling-bling, tout passe ou plutôt tout casse : les voyages, les cigares, les permis de construire à St Tropez, l’Oréal, le milieu des courses ; si Nicolas « démissionne » tous les ministres à qui il a trop laissé la bride sur le cou, il va bientôt faire cavalier seul, ou, à la limite, faire un trio avec Xavier Bertrand du Déclin et Philippe Lefebvre, même si un dicton populaire dit qu’on ne peut faire de ces espèces d’ongulés, des chevaux de course. Sans compter que tous ces cadeaux faits au monde politico-financier désarçonnent le peuple dans un pays qui affiche la Rigueur ; le terme a été lâché par Fillon, à Tokyo, devant un parterre d’hommes d’affaire, déjà poneys.

woerth-courses.JPG

©Ghjuvan'Marcu

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 23:09

corrida-copie-1.jpg

epluche-orange-copie-1.JPG

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 02:08

paul-le-poulpe-copie-1.JPG

L’organisation tentaculaire qui gravite autour du ballon rond est complètement dépassée ; les commentateurs, chroniqueurs et autres footballogues, tout ce beau monde des medias qui participent sans vergogne aux agapes autour de l’évènement sportif de l’année 2010, ces charlatans qui se risquent au jeu des pronostics, sans cesse démentis par l’issue des matches, se reniant eux-mêmes à chaque phase d’élimination et à chaque résultat, sont tournés en ridicule par un céphalopode qui lui aussi, pourtant, a le cerveau près du ventre. Paul le poulpe les a tous fait plonger. Il ne raconte pas de salades, lui, il a pronostiqué le résultat de toutes les rencontres de l’équipe allemande. Il a même désigné le vainqueur de cette Coupe du monde : l’Espagne; nous ne pouvons le suspecter de complaisance quand on connaît le sort que réservent habituellement les ressortissants de la péninsule à ses congénères, que ce soit à l’apéritif sous formes de tapas ou dans les différents plats de la cuisine ibère. S’il s’est fourvoyé, les Espagnols vont se le farcir. Au pays de la corrida, finir en encornet est le destin du poulpe. Quelle que soit l’issue de cette finale, les talents divinatoires de Paul l’auront rendu célèbre, il a fait couler beaucoup d’encre, il en a l’habitude ; souvent son salut dépend de celle-ci quand il en lâche un nuage qui lui permet de s’éclipser. Salut l’artiste, regarde où tu mets tes huit pieds.

© Ghjuvan'Marcu

Partager cet article
Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 08:17

woerth-eric.JPG

Après les scandales du financement des partis et l’autoamnistie des formations politiques concernées, le contribuable pouvait penser que ces pratiques douteuses étaient terminées. C’est bien mal connaître le milieu politico-financier et l’imagination inquiétante des gouvernants qui prouvent que la démocratie est bafouée tous les jours au pays des droits de l’homme riche. La recherche d’importants fonds destinés à financer les campagnes électorales démontre que le choix des électeurs est conditionné non pas par les idéologies proposées mais par le matraquage médiatique et la prévarication. L’affaire Liliane Bettencourt a le mérite de dévoiler les modes de fonctionnement de ce système de récupération de capitaux. La célèbre héritière de l’Oréal, à la tête d’une fortune colossale, évaluée à 23 milliards d’euros, aurait prodigué ses faveurs à l’U.M.P., sous forme de dons ; en échange, le trésorier de ce parti et accessoirement Ministre du Budget, aurait favorisé l’évasion fiscale d’une partie des avoirs de la dame. Dans cette jungle financière, Eric Woerth se déplaçait de Liliane en liane par l’intermédiaire de son épouse chargée de gérer, au sein de la société Clymène, les avoirs du groupe l’Oréal. Les dénégations du principal intéressé ne sont pas convaincantes. Il a effectivement dîné avec Lili la nantie alors qu’il avait déclaré ne pas la connaître personnellement. En possession de la fameuse liste des évadés fiscaux, pouvait-il ignorer les mouvements sensibles de capitaux vers des paradis fiscaux ? Sur l’enregistrement d’un dictaphone, Patrice de Maistre conseille à Lili la milliardaire de montrer son soutien en signant trois chèques : un pour Valérie Pécresse en campagne pour les régionales en Ile de France, un second pour Eric Woerth et un dernier pour Nicolas Sarkozy. Je pense que le cas Bettencourt n’est pas un cas isolé ; c’est tout un système qui est mis en place au bénéfice des partis politiques et de la frange la plus aisée de la société française. Les niches fiscales ne sont pas faites pour les chiens.

Les gens du peuple, eux, sont les véritables vaches à lait de l'état français. Eric Woerth, actuellement ministre du travail, est en train de décider à quel âge ils pourront toucher leur misérable retraite. La re-traite des bêtes en cours.

l-oreal.JPG

Partager cet article
Repost0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 14:26

foot-2010.JPG

 Au niveau des résultats, pour les Corses, les Français et les Italiens passionnés de football, "dessert" = "déconfiture" mais peuvent-ils retrouver leur appétence avec le  fromage ?

Le Sporting Club de Bastia relégué en National à cause de ses résultats sportifs et par la volonté de la ligue avait besoin d’une subvention de la Collectivité territoriale pour équilibrer son budget. Pour satisfaire aux nouvelles exigences de la DNCG et ne pas tomber plus bas, Paul Emploi a fait voter l’attribution de la somme de 800 000 €uros au club mythique de Bastia. Certes, une clause exige la clarté dans la gestion de la maison bleue mais un seul acte peut garantir cette transparence : la démission de certains dirigeants responsables de la situation économique et sportive du club. Quand on parle de transparence, il faut éliminer tout ce qui est glauque !

Le comportement et l’élimination de l’équipe de France du mondial 2010 ont déclenché la haine et l’invective des supporters et des medias français. Haro sur le baudet ! N’en jetez plus ! Certes les joueurs ont été au dessous de tout mais s’il était nécessaire d’établir une hiérarchie des responsabilités, les vingt trois joueurs seraient en bas de l’échelle, puis viennent l’entraîneur Domenech et surtout la FFF. Tout en haut, l’état n’est pas tout blanc, avec les interventions successives de Rama Yade, Roselyne Bachelot et Nicolas Sarkozy, la France a un comportement digne d’une république bananière.

L’Italie de Berlusconi n’est pas mieux lotie. Eliminée dès le premier tour, les champions du monde n’ont pas fait honneur à leur titre. Il y a quelque chose de pourri dans le Calcio et l’attitude digne du sélectionneur Lippi qui, lui, assume toutes ses responsabilités ne suffit pas à faire boire la honte suscitée par la squadra azzura chez leurs concitoyens.

Je suis de ceux qui souhaitaient que l’équipe de Bastia joue désormais tous ses matchs en noir, en hommage aux victimes de la catastrophe de Furiani. Ne serait-ce que pour rappeler à la ligue que le 5 mai s’est déroulé un drame avec des pertes humaines provoquées par la cupidité humaine. Le football attire tous les « manghjoni », les appétits sont aiguisés par ce formidable plateau de fromages. Vous l’aurez remarqué, ces trois équipes évoluent sous des maillots bleus. Alors, est-ce prémonitoire ? En sortant de son emballage, une mozzarella pourrie, contaminée par la bactérie pseudomonos fluorencis, vous pourrez constater que celle-ci vire au bleu.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 01:59

 

Anelka.JPGTout d’abord un peu d’histoire : 1863, Napoléon III caresse le rêve d’installer au Mexique, un empire catholique ; il se heurte à la ténacité farouche des troupes mexicaines. Une compagnie de la légion étrangère est assiégée à Camerone, les soixante trois hommes de Jean Danjou, leur capitaine à la main de bois, jurent de ne jamais se rendre. Après une héroïque résistance, les huit derniers survivants capituleront. Cela n’empêchera pas Napoléon III de rapatrier en catastrophe son corps expéditionnaire.

2010, la légion étrangère française* sort défaite de sa nouvelle bataille contre le Mexique : 2 à 0 et c’est là que commence le fabuleux feuilleton de l’équipe de France. Après une déroute, à défaut d’actes héroïques, il faut trouver un responsable ; il semble tout indiqué en la personne tant décriée de l’entraîneur Raymond Domenech. Premier rebondissement, le projecteur se déplace sur Nicolas Anelka ; à la mi-temps du match il aurait proféré des injures à l’égard du sélectionneur. « Va te faire enc…, fils de p… », les propos sont à la une de l’Equipe, grand quotidien sportif français : Anelka est viré du château. Deuxième rebond du ballon, dans toute intrigue combattante, il faut un traître ; c’est Patrice Evra, capitaine à la langue de bois, qui signale son existence dans les vestiaires. Troisième rebond, les mercenaires désertent l’entraînement par solidarité envers leur tirailleur, injustement dégradé et limogé du commando France. Altercation entre Robert Vergne, préparateur physique, et Patrice Evra ; démission du patron de la délégation française, Valentin, inconnu au bataillon qui, je suppose, une fois désossé aurait participé à ce french cancan burlesque.

Alors, à qui profite le crime ? Ce genre d’incident est banal dans tous les vestiaires et sur tous les continents, il est moins courant que la presse relaye ce genre d’informations ; devant l’échec annoncé de cette équipe, la seule culpabilité de Domenech aurait fait rejaillir l’opprobre sur l’ensemble de la fédération française de football. Anelka était la tête de turc idéale : passé de mauvais garçon, réputation sulfureuse, etc. Il suffisait de balancer l’information à une presse avide de sensationnel. C’était sans compter sur la réaction des collègues de la victime, une réaction outrée et … outrancière qui les met tous sous les feux de l’actualité en tant que …responsables. « Mais que pouvions-nous faire avec vingt-trois voyous qui ne respectent ni l’autorité, ni l’uniforme bleu ? », les dirigeants de la FFF vont avoir le beau rôle maintenant, alors que c’est à eux et à eux seuls qu’il faut imputer l’ambiance délétère qui règne depuis deux ans au sein de ce groupe et la situation qui en découle. Napoléon Sarkozy devrait rapatrier ce corps expéditionnaire.

Domenech va-t-il écouter les conseils d’Anelka et goûter aux plaisirs de la sodomie ? Sa maman s'appelle-t-elle Zaya ? Tout ce cirque aurait-il eu lieu si Anelka s’était contenté d’un Anelka-Rouyer.JPG« Casse-toi, pôv con » présidentiel ? Les Irlandais se marrent-ils en ce moment, entre deux bières ? Bigeard se retourne-t-il dans sa tombe ? Olivier Rouyer, muet jusqu'à présent, considère-t-il les propos d’Anelka comme des mots d’amour ? La qualification est-elle possible ? Vous le saurez en suivant les prochains épisodes de « Plus belle la France ».

* la majorité des sélectionnés jouent à l'étranger.


Partager cet article
Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 09:45

CCM-airlines.JPG

L’heure était grave. Il fallait avant le scrutin du deuxième tour des territoriales, désigner le responsable de la maîtrise du ciel corse ; près de Saint Pierre, le Seigneur du Venacais trônait, à sa droite Saint François, à sa gauche Saint Michel. En son for intérieur, Popaul Emploi avait déjà pris sa décision mais dans un souci de cohésion électorale, il caressa les deux saints dans le sens de leurs a(u)réoles. En bon navigateur politicien, chacun savait que la meilleure place à bord d’un avion est celle de pilote, aussi étaient-ils nombreux à vouloir saisir le manche tendu par Popaul.

Quelques semaines plus tard, ils étaient en effet quatre à briguer la Présidence du Conseil de surveillance de la Compagnie Corse Méditerranée. D’emblée, les deux candidats nationalistes savaient qu’ils allaient rester sur le tarmac, Michel Stefani rassuré par la promesse s’apprêtait à prendre place dans le cockpit mais après un seul tour de piste François Mosconi prenait les commandes de l’appareil, la place de copilote, quant à elle, revenait à Marcel Francisi (UMP). Mais que sont allés faire les communistes dans ces turbulences ? Ils n’ont pas tardé à s’apercevoir qu’à part le titre honorifique de Président de L’Assemblée de Corse, Dominique Bucchini et ses colistiers du premier tour n’avaient rien à gagner dans cette alliance contre-nature. Michel Stefani n’a eu qu’une seule voix, la sienne ; ses partenaires de la majorité ont préféré élire le transfuge Mosconi avec la complicité de l’aile droite qui a obtenu la vice présidence. Pourtant Paul Emploi avait bien promis cette place à Stefani ! Le problème c’est que la même promesse avait été faite à Fanfan Mosconi. Je pensais que seuls les électeurs succombaient aux chants de la sirène venacaise. Je me suis trompé, les professionnels de la politique tombent aussi dans le piège lorsqu’ils sont aveuglés par le pouvoir. La porte de la cabine vient de claquer au nez de Michel Stefani qui, à travers le judas, crie à la trahison. Tromperie dites-vous ? Oui et de celles qui laissent des séquelles, de longues cornes sur le front de gauche qui nous feront désormais traduire le sigle CCM : Communistes Cocus Magnifiques !

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 13:26

france footballL’affaire fait plus de bruit qu’un vuvuzella, Rama Yade, la secrétaire d’état aux sports a eu le tort de dire tout haut ce que pense la majorité du peuple : les joueurs français de football sont logés dans un hôtel, domaine nec plus ultra du luxe, dont le nombre d’étoiles est inversement proportionnel aux résultats de leur équipe de stars. Elle est tombée dans le panneau Rama, on ne critique pas l’institution footballistique. C’est ce que lui a rappelé sa ministre Roselyne Bachelot qui a fait sien le fameux précepte philosophique « Une équipe qui tombe est une équipe qu’on soutient». Aussitôt relayée par le Président de la Fédération Française de Football, Escalettes qui, lui, a précisé que l’heure n’était pas à la polémique. Pourtant, par l’intermédiaire d’Eric Abidal, leur porte-parole, les kirikous, joueurs, ont pris leurs dirigeants à contre-pied en décidant de ne pas rencontrer la sorcière Rama Yade. Ainsi la visite d’une township (bidonville en français) s’est-elle effectuée en deux temps, l’équipe de football précédant l’équipe ministérielle : d’abord le vuvuzella suivi du « who’s who est là ». Une harmonie diplomatique qui n’aura pas échappée dans le concert international et a fait oublier le but de la démarche sensée venir en aide aux plus défavorisés et aux oubliés de cet évènement mondial.

mondial-fifa-2010.JPG


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L' andaccianu
  • : D'humeur vagabonde, voici ma vision, souvent ironique, sur notre société en Corse et dans le monde. Certaines photos et autres dessins qui illustrent mes articles ont été pêchés sur la toile au gré de mes navigations et modifiés; si parmi eux, certains ne sont pas libres de droit, signalez les, je les sortirai de mes filets.
  • Contact

Recherche

Liens